Participez à la prochaine session

Merci ! Nous reviendrons vers vous avec les dates de la prochaine session.
Oups, veuillez réessayer.
cryptos.nc

Le guide

Blockchain et cryptomonnaies : de quoi parle-t-on ?

Apparue en 2008, la blockchain (chaîne de blocs) constitue le support dématérialisé de circulation du célèbre Bitcoin, monnaie virtuelle fondée par un développeur utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

Il s’agit d’un procédé numérique assurant le stockage et la transmission d’informations, de manière sécurisée et transparente, en l’absence de structure centrale de contrôle.

Bien que susceptible d’être appliquée à de nombreux secteurs d’activités, c’est prioritairement dans le domaine bancaire et financier que cette technologie se développe actuellement.

Qu’est-ce que la cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie, aussi appelée « cryptodevise » ou « cryptoactif », est définie par le droit français comme : tout instrument contenant sous forme numérique des unités de valeur non monétaire pouvant être conservées ou transférées dans le but d’acquérir un bien ou un service, mais ne représentant pas de créance sur l’émetteur (code monétaire et financier : article L. 561-2, 7° bis).

En d’autres termes, ce type de monnaie alternative se compose de tokens (jetons) créés par le biais du réseau Internet et échangeables entre particuliers sur différentes plateformes.

Parmi l’ensemble des cryptomonnaies, dont plus d’un millier ont déjà été recensées, les devises les plus connues après le Bitcoin sont notamment l’Ether, le Litecoin, et le Ripple.

Pourquoi investir dans les cryptomonnaies ?

Plusieurs experts estiment la monnaie cryptée comme une véritable innovation dont le fort potentiel n’a pas encore été atteint à ce jour. De nombreuses raisons justifient ainsi l’investissement en cryptomonnaie.

La blockchain permet de réaliser des opérations dont la traçabilité est répertoriée pour être consultable par tous les utilisateurs. L’intervention des traditionnels intermédiaires ayant le rôle de tiers de confiance (banques, notaires, avocats, etc.) tend alors à disparaître et le délai de transaction se montre d’autant plus rapide.

À l’image du Bitcoin, dont le taux de conversion n’a cessé de croître depuis sa création, d’autres cryptodevises de plus en plus reconnues et acceptées deviennent des valeurs refuges.

Un avantage supplémentaire est celui de la divisibilité de la cryptomonnaie : aucun seuil minimal n’est à respecter pour l’achat d’actifs. Il est donc possible d’investir dans une moitié de devise, voire dans n’importe quelle fraction inférieure.

Par où commencer ?

L’engouement récent pour ce que certains affirment être la monnaie du futur ne doit cependant pas faire oublier aux éventuels adeptes quelques fondamentaux concernant la cryptomonnaie.

Si vous choisissez d’investir dans de la monnaie numérique sans connaître les risques liés à une telle activité, vous aurez toutes les chances d’être improductif, voire de perdre de l’argent au lieu d’en gagner.

En plus d’une analyse attentive du marché des cryptoactifs et d’un certain sens des affaires, la maîtrise des bonnes pratiques et des erreurs à éviter est un prérequis indispensable avant de débuter. La solution la plus recommandée est alors de suivre une formation adaptée en fonction de votre niveau.

Pourquoi et comment se former en cryptomonnaie ?

Bien qu’apparue dès la fin des années 2000, ce n’est qu’aujourd’hui, dix ans plus tard, que la cryptomonnaie commence à faire des adeptes.

De plus en plus cotée de nos jours, elle demeure une source non négligeable d’épargne ou de revenus. Mais le domaine des cryptoactifs ne se montre pas encore saturé et reste donc favorable à ceux qui souhaitent investir sans tarder.

La cryptomonnaie : source de gain ou de perte ?

Il est primordial de garder à l’esprit que la monnaie électronique a une valeur particulièrement volatile : elle peut être vendue 100 000 XPF l’unité à un instant T, mais retomber à 50 000 XPF le lendemain ou, au contraire, atteindre les 200 000 XPF. On dit des cryptodevises qu’elles sont dévaluées ou surévaluées d’un jour à l’autre.

La puissance en bourse d’une cryptomonnaie dépend de critères comme sa faculté à être échangée contre des biens ou des services, son degré de sécurisation, son caractère open source (source libre), de même que son positionnement dans les transactions monétaires traditionnelles, c’est-à-dire sa propension à être sollicitée par les institutions financières et les consommateurs.

Investir dans des cryptoactifs dont la puissance est actuellement forte ne garantit toutefois pas de crashs éventuels à court terme. Connaître les bases indispensables en matière de monnaie cryptée est alors le meilleur moyen d’éviter toute perte non maîtrisée. Le moment est d’ailleurs propice pour s’orienter vers la constitution d’un portefeuille, compte tenu d’une baisse enregistrée sur le cours de toutes les cryptomonnaies depuis début 2018.

Quel est le plus grand risque à investir ?

Comme lorsque vous vous lancez dans n’importe quelle activité nouvelle, nous vous conseillons de prendre le temps de comprendre avant d’agir, surtout lorsque vous y investissez de l’argent. En raison de la volatilité de la cryptomonnaie, veillez également à ne pas y consacrez plus que ce que vous êtes en mesure de dépenser.

Au-delà de conjonctures favorables que vous pourriez manquer ou des hypothèses de piratage liées au réseau Internet, le risque le plus couramment identifié lors de la manipulation de cryptodevises est, en effet, celui de perdre beaucoup et rapidement. Il ne suffit pas de parvenir à constituer un portefeuille de valeurs diversifié si vous ne savez ensuite comment procéder pour le faire fructifier davantage.

Quels sont les avantages de la formation ?

Si la monnaie virtuelle n’est pas en passe de se substituer immédiatement aux devises étatiques légales (le fera-t-elle un jour ? ), elle tient tout de même une place importante au sein des échanges internationaux. Le marché, en cours de régulation, présente ainsi de nombreuses opportunités, qu’il faut néanmoins savoir déceler et exploiter.

Une formation vous assurera de vous donner toutes les chances de réussir, au travers de plusieurs étapes fondamentales :

  • la compréhension de la technologie de la blockchain et de la notion de cryptomonnaie (fonctionnement, intérêt, utilité)
  • la découverte des différents cryptoactifs existants (caractéristiques, puissance, potentialités)
  • la maîtrise des opérations de transfert d’actifs, de trading (achat / vente), d’échange et de hold (conservation)
  • l’apprentissage des techniques utiles à disposer d’un solide portefeuille sécurisé et à diriger vos investissements de façon prometteuse

Achat / vente de cryptomonnaie : que faut-il savoir ?

En matière de cryptomonnaie, il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences poussées en informatique. Tout est surtout question de solides connaissances dans le domaine des transactions de cryptoactifs.

Avant d’acheter de la monnaie virtuelle, voire de la revendre, il est ainsi préférable de vous focaliser d’abord sur les tendances du marché et les principaux critères de sélection des plateformes disponibles.

Premiers pas en cryptomonnaie

Se familiariser avec la notion de monnaie cryptée est la toute première étape à respecter avant de vous lancer dans de quelconques transactions.

Si l’investissement en cryptoactifs séduit de plus en plus ces dernières années, il n’en reste pas moins une activité qui peut s’avérer risquée si vous agissez au hasard sans vous y intéresser de près.

Pour parvenir efficacement à vous constituer des sources d’épargne ou de revenus grâce à la cryptomonnaie, il vous faudra connaître les bonnes pratiques et adopter les bons réflexes. Comme tout domaine porteur, il évolue constamment et implique donc que vous sachiez anticiper et faire preuve de discernement pour saisir les opportunités favorables.

Comprendre le marché des cryptomonnaies

Posséder de la monnaie numérique se traduit par un certain nombre de tokens (jetons) de tel ou tel type de devise, détenus au travers d’un wallet (portefeuille) dématérialisé. Celui-ci peut être stocké en ligne sur le réseau Internet ou sur un appareil personnel (ordinateur, smartphone, hardware USB wallet, etc.).

Plusieurs centaines de cryptomonnaies existent actuellement, chacune ayant ses particularités, qui dépendent de différents critères tels que leur volume et leur cotation à l’échelle du marché global. C’est pourquoi chaque devise a une puissance variable et une valeur très volatile.

Pour obtenir de la monnaie virtuelle ou la céder à d’autres utilisateurs, deux types de plateformes sont accessibles sur le marché :

  • Celles dédiées aux opérations d’achat / vente contre du fiat (monnaie fiduciaire) : €, $, £, etc.
  • Celles permettant l’échange de cryptodevises entre elles

Faire le choix des bonnes plateformes de transaction

De même que dans de nombreux autres domaines fonctionnant grâce au réseau Internet, les opérations liées à la cryptomonnaie ne sont pas épargnées par les tentatives de fraude ou de piratage.

Afin de vous prémunir contre tout site internet factice ou non sécurisé, veillez à analyser plusieurs critères essentiels, dont notamment :

  • la réputation de la plateforme : pour le savoir, consultez les avis d’utilisateurs sur des forums spécialisés comme reddit.com (anglophone) et bitcointalk.org (francophone)
  • le prix moyen de la cryptodevise que vous souhaitez acheter ou vendre et les frais associés : pour réussir vos transactions, prenez d’abord le temps de comparer, puisque de très grandes variations peuvent être constatées d’une plateforme à l’autre
  • l’existence d’un support ou d’un service clientèle en cas de problème

Une formation complète reste néanmoins le meilleur moyen d’acquérir les bases utiles et d’éviter les erreurs de débutant.

Comment conserver et sécuriser ses devises ?

À la différence de la monnaie légale classique, la monnaie numérique n’a pas d’existence matérielle. En posséder signifie que vous en détenez numériquement au travers d’un wallet (portefeuille).

Vous êtes libre de ne plus avoir à solliciter les services d’un établissement bancaire en tant que dépositaire de vos fonds. Mais c’est à vous qu’il appartient d’assurer la mise à l’abri de vos cryptoactifs.

Comment la cryptomonnaie est-elle stockée ?

Les wallets sont des logiciels open source (source libre) dédiés au stockage de la cryptomonnaie. Ils se composent de deux éléments indissociables destinés à attester de la fiabilité des transactions :

  • une adresse publique : connue des autres utilisateurs, elle correspond à un identifiant vous permettant de recevoir des cryptodevises ou de consulter votre solde de compte
  • une clé privée de chiffrement : couplée à l’adresse publique mais uniquement connue de vous, elle doit rester confidentielle puisqu’elle vous autorise à effectuer toute opération liée aux cryptoactifs contenus dans votre wallet

Évoquer la sécurisation de monnaie électronique traduit ainsi la protection des clés de chiffrement qui sont associées à vos adresses publiques. Restez parfaitement vigilant et ne confiez jamais une clé privée à quiconque, y compris sur Internet quel qu’en soit le prétexte : de nombreuses arnaques ont pour seul but de détourner vos actifs.

Quels sont les différents wallets existants ?

Selon sa nature, un wallet pourra être accessible par le biais de différentes plateformes en ligne ou, de manière déconnectée, depuis le système d’exploitation d’un appareil.

Cinq types de wallets sont habituellement recensés :

  • le web wallet (portefeuille web) ou online wallet (portefeuille en ligne) : disponibles depuis Internet, ils sont particulièrement appréciés pour leur flexibilité d’utilisation mais restent exposés aux aléas liés à la sécurité et à la disponibilité du réseau
  • le mobile wallet (portefeuille mobile) : ce sont des applications smartphone qui se montrent très pratiques pour des transactions rapides mais tout de même vulnérables en cas de piratage ou de vol du téléphone
  • le desktop wallet (portefeuille de bureau) : s’agissant de logiciels à installer sur un ordinateur, leur niveau de sécurisation est mieux garanti à condition que l’appareil soit lui-même correctement protégé contre les virus
  • le hardware wallet (portefeuille matériel) : moyen de conservation hautement sécurisé, il ressemble à une clé USB dont la puce embarquée ne peut subir aucune attaque
  • le paper wallet (portefeuille papier) : cette méthode consiste à enregistrer votre clé privée hors ligne, en l’inscrivant sur un document papier à conserver en lieu sûr

Comment choisir votre wallet ?

Chaque wallet présente des avantages et des inconvénients. Néanmoins le hardware wallet reste incontestablement le meilleur choix d’un point de vue sécuritaire.

Si vous envisagez de ne posséder qu’une petite quantité de cryptomonnaies, vous pouvez vous orienter vers un desktop wallet, téléchargeable gratuitement sur votre ordinateur.

En revanche, tout investissement plus important requiert absolument de privilégier un hardware wallet tel que le Ledger Nano S, leader sur le marché. Simple d’utilisation, il est également 100 % sécurisé. Mais attention à certains sites internet frauduleux qui proposent à la vente de « faux » Ledger Nano S ! Pour ne prendre aucun risque et être certain de votre achat, vous pouvez commander votre wallet en utilisant ce lien d’affiliation.

Quant aux solutions de wallet en ligne, elles ne seront adaptées qu’aux faibles flux de cryptoactifs et non aux gros investisseurs, en raison des failles de sécurité dont elles peuvent être la cible.

Par conséquent, la sélection d’un wallet spécifique ou la répartition de vos devises entre plusieurs d’entre eux dépendra surtout de vos objectifs d’investissement.

Astuces pour un portefeuille de cryptomonnaie diversifié

En matière de cryptoactifs, au même titre que pour toute autre activité basée sur la spéculation, les risques sont bien réels du fait de la considérable volatilité de la monnaie numérique.

Or, en raison de cette forte mobilité du marché, et comme le recommandent tous les conseillers financiers quel que soit le type de devises concernées, un investissement sur le long terme est vivement recommandé. Il sera très difficile, en effet, d’espérer obtenir des gains à brève ou moyenne échéance. N’oubliez donc jamais la règle d’or des activités fluctuantes : investissez seulement ce que vous pourrez vous permettre de perdre.

Outre un suivi régulier du marché et un certain sens de l’anticipation, la clé du succès sera aussi le choix d’une diversification de votre portefeuille.

Identifier vos objectifs et vos besoins

Pour disposer d’un portefeuille stable et prometteur, il est nécessaire de comprendre comment maximiser ses gains potentiels, tout en limitant ses pertes éventuelles. Il est alors important de trouver le juste équilibre afin d’optimiser au mieux vos investissements. Pour cela, deux questions essentielles sont à vous poser.

  • À quel rythme serez-vous en mesure de consulter le marché ? Plus vous interviendrez régulièrement sur vos actifs et meilleure pourra être votre analyse des périodes propices à s’exposer ou à se retirer.
  • Combien souhaitez-vous miser au départ ? Si votre budget ne dépasse pas les 12 000 à 18 000 XPF, il ne vous est pas indispensable de chercher à disperser vos cryptodevises : les fluctuations de valeur seront trop faibles pour être significatives par rapport à vos résultats globaux. Les experts estiment utile de diversifier à partir de 60 000 XPF de capital initial.

Déceler les variations de liquidité

Le degré de liquidité d’un actif correspondra à sa durée plus ou moins longue de revente. S’intéresser au comportement des différentes cryptomonnaies est donc indispensable pour anticiper les probables retournements de marché et les moments où vous devrez savoir changer de devises, notamment lorsque l’une d’elles est sur le point de s’effondrer.

Plusieurs outils de suivi en ligne synthétisent l’évolution et l’actualité des cryptoactifs. Un filtrage est généralement disponible par date ou par période, de même qu’un affichage des données historiques et de la répartition du marché.

Certains d’entre eux permettent également d’effectuer des simulations spéculatives pour vous rendre compte de votre taux de rentabilité en fonction du profil de votre portefeuille et du cours des devises.

Déterminer le ratio idéal de votre portefeuille

La majorité des portefeuilles de cryptomonnaie se scinde en trois catégories de devises :

  • Celles à bas risque : le Bitcoin se positionne ici en standard de référence le plus robuste du marché
  • Celles à moyen risque : il s’agit des Altcoins* (alternative Bitcoins) à forte capitalisation boursière
  • Celles à haut risque : ce sont les autres actifs durablement installés mais dont l’évolution reste incertaine (ICO ou Altcoins* moins populaires)

* Attention toutefois aux nombreuses arnaques liées aux Altcoins. Pour apprendre à les identifier correctement, suivez l’un de nos modules de formation.

Le ratio le plus cohérent est ensuite de l’ordre de 50 % / 30 % / 20 % avec le maximum d’unités portant sur la première catégorie.

Un dernier point de vigilance sera la conservation sécurisée de votre monnaie électronique, le plus prudent étant bien sûr de la stocker hors ligne pour vous prémunir des tentatives de piratage. Si vous deviez néanmoins recourir à une solution en ligne, veillez à ne pas réunir l’intégralité de vos cryptomonnaies sur une seule et même plateforme.

KéZAKO

Lexique

Adresse

Clé publique permettant de recevoir ou d’envoyer des cryptomonnaies et se présentant sous la forme d’une suite de chiffres et de lettres ou d’un QR code (équivalent d’un RIB bancaire).

Airdrop

À l’image d’une startup souhaitant lancer la promotion de son projet, opération de distribution gratuite d’un certain nombre de tokens selon des critères prédéfinis (exemple de la réception de tokens gratuits en contrepartie d’une vive participation sur un forum ou d’un like de page Facebook).

All-in

Pratique vivement déconseillée consistant, comme en « faisant tapis » au poker, à investir tous ses fonds en une seule fois sur une même cryptomonnaie.

Altcoin

Abréviation de l’expression « Alternative Coin », elle désigne toutes les cryptomonnaies autres que le bitcoin.

AML

De l’anglais « Anti-Money Laundering » (anti-blanchiment d’argent), les directives AML sont des mesures juridiques découlant de la législation d’un État et destinées à prévenir les risques de conversion de fonds dont la provenance serait d’origine illégale.

ASIC

De l’anglais « Application Specific Integrated Circuit », il s’agit de puces de silicone dédiées à la réalisation d’une tâche unique : appliquées au domaine de la cryptomonnaie, elles servent à résoudre un algorithme de minage comme le SHA-256.

ATH / ATL

De l’anglais « All Time High » et « All Time Low », il s’agit du prix respectivement le plus haut et le plus bas jamais atteint par une cryptomonnaie.

Bear market

Marché à tendance baissière.

BIP

De l’anglais « Bitcoin Improvement Proposal » (proposition d’amélioration du Bitcoin), document standardisé conçu pour présenter de nouvelles caractéristiques ou échanger des informations au sein du réseau Bitcoin, lequel n’a aucune structure formelle.

Bitcoin

Monnaie électronique décentralisée conçue en 2009 par un développeur non identifié utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, dont le symbole monétaire officiel est :  et dont les sigles employés par les exchanges sont : BTC ou XBT. Le bitcoin (sans majuscule) et le Bitcoin (avec majuscule) ne doivent pas être confondus, ce dernier correspondant au protocole ou réseau.

Blockchain

« Chaîne de blocs » en français, il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission d’informations transparente et sécurisée, qui fonctionne en l’absence d’organe central de contrôle pour retracer la liste complète de tous les blocs de transactions réalisées depuis la naissance du bitcoin. Par extension, la blockchain désigne aussi une base de données sécurisée et distribuée, car partagée par ses différents utilisateurs, contenant un ensemble de transactions dont la validité est vérifiable par chacun : c’est en cela que la comparaison peut être faite avec un grand registre comptable public et infalsifiable, rendu accessible et lisible pour tous.

Bull market

Marché à tendance haussière (il se dit également que le marché est "bullish").

Clé privée

Suite confidentielle de lettres et de chiffres stockée dans le crypto-portefeuille de l’utilisateur et nécessaire pour la signature des transactions envoyées, comme moyen de preuve de la détention effective et de l’autorisation à manipuler la cryptomonnaie concernée.

Clé publique

Calculée à partir de la clé privée (alors que l’inverse est impossible), elle permet la réception ou l’envoi de cryptomonnaies, sous forme d’une suite de lettres et de chiffres ou d’un QR code : c’est en cela que la comparaison peut être faite avec le RIB / IBAN d’un compte bancaire classique.

Correction

Modification brutale du prix d’une cryptomonnaie qui tend à se rapprocher de son cours antérieur, après une période relativement longue de hausse ou de baisse.

CPU

« Processeur » en français, il s’agit du "cerveau" d’un ordinateur, dont la mémoire était auparavant utilisée pour confirmer les transactions bitcoin (minage). Ne demeurant plus assez performants pour cette tâche aujourd’hui, ils restent cependant utilisés pour miner des altcoins.

Cryptomonnaie

Monnaie électronique pair-à-pair et décentralisée dont l’implémentation se fonde sur les principes de la cryptographie pour valider les transactions et la génération de la monnaie elle-même. À la différence des monnaies traditionnelles imprimées, les cryptomonnaies sont créées par la résolution de problèmes mathématiques basés sur la cryptographie.

Cryptographie

Branche des mathématiques permettant de créer des codes et des chiffres qui peuvent être employés pour dissimuler de l’information : par suite, elle sert de base dans les preuves mathématiques utilisées pour vérifier et sécuriser les transactions effectuées.

DApps

De l’anglais « Decentralized Applications », applications décentralisées fonctionnant grâce à la blockchain Ethereum et permises par les smart contracts.

Décentralisation

Enjeu permanent dans le contexte du bitcoin, consistant à ce qu’aucune autorité centrale (entreprise, groupe d’individus, etc.) ne puisse avoir le contrôle du réseau, par le biais d’une distribution de la blockchain entre tous les nœuds du réseau appartenant à différentes entités (plus le nombre de nœuds est important, plus le réseau est considéré comme décentralisé).

Ethereum

Plateforme semblable à un "ordinateur mondial" fonctionnant avec la cryptomonnaie "ether" (dont le sigle est : ETH) et sur laquelle peuvent être développées et exécutées des applications sans recours à un serveur centralisé, chaque nœud de la blockchain étant chargé d’une partie de l’exécution des applications qui y sont présentes. À l’instar de Bitcoin, qui ne nécessite aucun intermédiaire (banque) pour l’échange d’unités monétaires, Ethereum propose des services qui n’ont plus besoin d’intermédiaire pour être exécutés, avec l’objectif de faire émerger un web où les intermédiaires entre clients et services n’existent plus (exemple de la possibilité de commander un chauffeur sans en référer à un service comme Uber et donc sans avoir à s’acquitter d’une commission pour chaque trajet / transaction au titre de la mise en relation du client avec le chauffeur).

ERC20

De l’anglais « Ethereum Request for Comments », protocole officiel pour proposer des ajustements au réseau Ethereum, les tokens issus de ce protocole avec l’objectif d’améliorer le réseau (le nombre 20 correspondant au numéro de la proposition postée sur le Github et retenue par la communauté). Le critère "ERC20" fait donc référence à un ensemble de règles devant être respectées pour qu’un token soit accepté et qualifié de tel.

Exchange

« Plateforme d’échanges » en français, il s’agit d’une place de marché où s’échangent des cryptomonnaies entre elles ou contre du fiat, ce qui permet d’investir ou de spéculer sur le cours des cryptomonnaies.

Faucet

« Robinet » en français, il s’agit d’un site internet distribuant gratuitement des tokens en vue de démocratiser l’utilisation d’une cryptomonnaie.

Fees

« Frais » en français, il s’agit des frais de transactions appliqués par les exchanges lors de l’achat / vente de cryptomonnaies (Bitcoin applique également des frais de transaction minimes qui sont redistribués aux mineurs).

Fiat

Monnaie classique désignant les pièces de monnaie et les billets de banque en circulation dans un pays : euro, dollar, etc

FOMO

De l’anglais « Fear Of Missing Out », notion de peur de manquer quelque chose, entraînant généralement une prise de décision impulsive par crainte de rater une bonne affaire.

Fork

Création d’une version alternative de la blockchain, d’origine malveillante, accidentelle (par suite d’un bug) ou intentionnelle (lorsque de nouvelles fonctionnalités sont introduites par les développeurs), la version la plus longue de la blockchain devenant la version principale. Un « hard fork » consiste en une séparation (split) de la chaîne de blocs en deux parties, pouvant aboutir à la création de deux monnaies distinctes avec un historique commun, tandis qu’un « soft fork » correspond à une modification mineure de la chaîne de blocs sans séparation.

FUD

De l’anglais « Fear, Uncertainty and Doubt » (peur, incertitude et doute), technique rhétorique utilisée notamment dans la vente, le marketing, les relations publiques et le discours politique, pour tenter d’influencer autrui en diffusant des informations négatives, souvent vagues et inspirant la peur : le FUD peut ainsi être employé comme stratégie pour dénigrer une cryptomonnaie ou un projet.

GPU

De l’anglais « Graphical Processing Unit » (processeur graphique), circuit intégré conçu pour assurer des fonctions de calcul complexes nécessaires à l’affichage de millions de polygones dans les graphiques des jeux vidéo, également adapté aux calculs cryptographiques utiles au minage des cryptomonnaies.

Halving

Récompense de minage d’une cryptomonnaie divisée par deux, dont la survenance est programmée à l’avance dans le code de la monnaie pour se déclencher automatiquement lorsqu’un certain nombre de blocs de transactions ont été minés (pour l’exemple du bitcoin, la prime de minage est réduite de moitié tous les 210 000 blocs minés : les premiers mineurs gagnaient 50 BTC par bloc généré, puis 25 BTC à partir de 2012, puis 12,5 BTC à partir de 2016, le prochain halving du bitcoin étant prévisionnellement fixé à juillet 2020).

Hachage

Procédé mathématique produisant une sortie de taille fixe (hash) à partir d’une certaine quantité de données en entrée, la fonction de hachage ayant deux caractéristiques importantes : premièrement, il est mathématiquement difficile d’identifier la donnée initiale en observant la donnée de sortie ; deuxièmement, le changement d’une infime partie de l’entrée initiale modifie totalement la donnée de sortie.

Hashrate

Taux déterminant la puissance d’un mineur ou d’un réseau, grâce auquel la difficulté s’ajuste.

Hodl

Mème né d’un message posté sur BitcoinTalk (forum spécialisé dans le bitcoin) par un individu ivre ayant écrit plusieurs fois « hodl » au lieu de « hold » : lien du message original.

Hold

Fait de conserver une cryptomonnaie sans la vendre quelles que soient les variations du cours (hausse ou baisse) : les individus ayant acheté des bitcoins en 2010, qu’ils conservent encore à ce jour, ont fait une importante plus-value.

ICO

De l’anglais « Initial Coin Offering », méthode de distribution de tokens via une levée de fonds, utilisée pour le lancement de projets liés aux cryptomonnaies et à la blockchain : lors d’une ICO, les investisseurs peuvent acheter des tokens, leur permettant de prendre part au projet et de spéculer sur sa future valeur, en même temps que le projet lève ainsi des fonds (procédé équivalent à l’investissement dans des titres de société).

Lambo

Mème correspondant au fait que tous les traders en cryptomonnaies s’achèteront une Lamborghini lorsqu’ils seront riches !

Market cap

Capitalisation d’une cryptomonnaie ou d’un ensemble de cryptomonnaies (montant total en circulation) obtenu en multipliant le nombre d’unités en circulation par le prix à l’unité.

Mineur

Personne (ou groupe de personnes) effectuant du minage en connectant une ou plusieurs machines sur le réseau, chaque mineur étant rémunéré au prorata de la puissance de calcul qu’il apporte individuellement au réseau.

Mining

« Minage » en français, il s’agit d’un processus permettant la résolution d’un défi informatique imposé par une PoW et récompensé par la génération ou la distribution de nouveaux bitcoins / altcoins (la puissance de calcul informatique étant utilisée pour traiter des transactions, sécuriser le réseau et permettre à tous les utilisateurs du système de rester synchronisés).

Minting

« Forgeage » en français, il s’agit d’un processus permettant la résolution d’un défi informatique imposé par une PoS et récompensé par la génération ou la distribution de nouveau bitcoins / altcoins (la puissance de calcul informatique étant utilisée pour traiter des transactions, sécuriser le réseau et permettre à tous les utilisateurs du système de rester synchronisés).

Mt. Gox

Plateforme initiale d’échange des cartes « Magic the Gathering » qui, après son rachat par le Français Mark Karpelès, est devenue l’exchange de bitcoins le plus connu mondialement, avant d’être victime d’une attaque informatique causant la perte d’une grande partie des bitcoins stockés en ligne puis le placement en liquidation judiciaire de la société.

Node

« Nœud » en français, il représente, dans un réseau informatique, une machine faisant partie de ce réseau.

OTC

De l’anglais « Over The Counter », échange direct entre deux personnes, sans intermédiaire.

P2P

De l’anglais « peer-to-peer » (pair-à-pair), qualificatif donné aux systèmes permettent à plusieurs ordinateurs de communiquer entre eux via un réseau sur lequel ils partagent des informations : c’est le cas des protocoles BitTorrent ou Bitcoin. La particularité des architectures P2P réside dans le fait que les données sont directement transférées entre deux postes connectés au réseau sans transiter par un serveur central, ce qui permet à tous les ordinateurs de jouer le rôle à la fois de client et de serveur (chaque poste connecté par un protocole réseau P2P étant souvent appelé : nœud).

Pool

Regroupement de mineurs qui mettent en commun leur puissance de calcul afin d’augmenter leur capacité de résolution des blocs, avec partage prévu des gains générés au prorata de la puissance fournie par chacun.

PoS

De l’anglais « Proof of Stake » (preuve d’enjeu), alternative au mécanisme de PoW, souvent critiquée en raison de son coût en électricité et de son impact environnemental. L’algorithme de preuve d’enjeu tente de résoudre ces problèmes en supprimant totalement le concept de minage pour le remplacer par un mécanisme de minage virtuel, requérant de l’utilisateur qu’il prouve être en possession d’une certaine quantité de cryptomonnaie pour obtenir le droit de valider des blocs supplémentaires. Un validateur sera ainsi aléatoirement sélectionné parmi les personnes éligibles pour se voir attribuer le droit de créer le prochain bloc. De même que pour le mécanisme de PoW, la chaîne considérée comme valide est, par défaut, la chaîne la plus longue.

PoW

De l’anglais « Proof of Work » (preuve de travail), système permettant de dissuader le spam et les attaques DDoS en sollicitant de la puissance de calcul par ordinateur auprès du demandeur de service. Ce système, difficile voire impossible à falsifier, est caractérisé par l’asymétrie du coût de calcul : le travail doit être difficilement réalisable pour le demandeur, mais facilement vérifiable par un tiers. Dans le domaine des cryptomonnaies, cette méthode de validation est utilisée pour l’ajoute d’un bloc supplémentaire à la chaîne de blocs, chaque mineur du réseau devant réaliser des calculs coûteux en temps et en énergie, afin de chiffrer l’ensemble des transactions d’un bloc, ainsi que les transactions chiffrées de la chaîne de blocs précédente. Lorsque la solution est validée, elle est diffusée à l’ensemble du réseau et le mineur qui en est à l’origine est récompensé en nouvelle monnaie, selon les modalités définies par le protocole de la cryptomonnaie concernée.

Ripple

Système de paiement basé sur un protocole internet distribué et open source avec le "ripple" pour cryptomonnaie de référence (dont le sigle est : XRP). Lancé en 2012, le réseau Ripple vise à permettre des transactions financières mondiales, sécurisées, instantanées et presque gratuites, mais le "ripple", surnommé la « crypto des banques », n’a pas bonne réputation auprès des bitcoiners, en ce qu’elle est très centralisée contrairement au bitcoin issu du réseau Bitcoin.

ROI

De l’anglais « Return On Investment », retour sur investissement calculé en divisant le profit réalisé par le montant investi, avec conversion du résultat en pourcentage (un ROI de 100 % traduit le doublement de la mise de départ).

Satoshi

Plus petite unité du bitcoin souvent utilisée dans le domaine du trading et équivalant à 0,00000001 BTC, en référence à Satoshi Nakamoto, nom du créateur de cette cryptomonnaie.

Satoshi Nakamoto

Pseudonyme de la personne ou du groupe de personnes ayant conçu et créé le bitcoin entre 2009 et 2010, mais également fondé le réseau bitcoin.org et le forum Bitcointalk.

Scam

« Arnaque » en français, il s’agit d’un terme générique désignant une escroquerie sur Internet, les exemples les plus courants appliqués au domaine des cryptomonnaies étant les prétendues ICO dont les fondateurs du projet ne tardent pas à disparaître avec les fonds récoltés.

SegWit

De l’anglais « Segregated Witness » (témoin séparé), il s’agit du soft fork d’une cryptomonnaie permettant de modifier le format des transactions dans la blockchain, afin d’augmenter la capacité d’un bloc et la sécurité des transactions.

SHA-256

Fonction cryptographique utilisée en tant que base du système de preuve de travail du protocole Bitcoin.

Shitcoin

Cryptomonnaie ne reposant sur aucune base technique sérieuse, servant uniquement à spéculer et à arnaquer les débutants.

Sidechain

Blockchain secondaire se développant parallèlement à une blockchain principale mais y demeurant rattachée pour que toutes les informations puissent en être connues, ce qui permet d’accroître le volume (normalement limité) d’informations pouvant être traitées au sein d’une blockchain, tout en restant situé sur la même blockchain principale.

Smart contract

« Contrat intelligent » en français, il s’agit d’un programme autonome qui, une fois démarré, exécute automatiquement des instructions conditionnelles préalablement définies, de type "if... then" (si telle condition est vérifiée, alors telle conséquence s’exécute). Équivalents aux macros liées à un tableur Excel, les contrats intelligents s’appuient sur la technologie blockchain du réseau Ethereum pour rendre infalsifiables les termes et les conditions de leur exécution, cette dernière s’effectuant grâce à de la puissance de calcul fournie par les participants au réseau, qui sont rémunérés par l’octroi d’ethers en contrepartie de la mise à disposition de leur ordinateur pour faire fonctionner la blockchain.

Stack

Ensemble du capital de cryptomonnaies possédé par un investisseur.

Testnet

Blockchain alternative à celle du réseau Bitcoin, uniquement utilisée pour effectuer des tests sur le protocole et le réseau, sans influence concrète pour les utilisateurs.

To the Moon

« Vers la Lune » en français, mème traduisant l’idée que lorsque l’on croit à une cryptomonnaie ou lorsqu’un pump a lieu, cette cryptomonnaie atteindra la lune.

Tokens

Jetons propres à chaque cryptomonnaie ou projet (exemple des bitcoins du réseau Bitcoin ou des ethers du réseau Ethereum).

Vitalik Buterin

Programmeur russo-canadien, né le 31 janvier 1994 et connu en tant que co-fondateur d’Ethereum et du Bitcoin Magazine. Acteur majeur dans l’écosystème des cryptomonnaies, il a reçu le prix Pether Thiel Fellowship en 2014 pour son travail et figure au sein de la liste du magazine Fortune (recensement des 40 personnalités de moins de 40 ans les plus puissantes).

Volatilité

Caractéristique du cours d’une cryptomonnaie lorsqu’il est sujet à d’importantes variations.

Wallet

Portefeuille électronique autorisant la conservation de cryptomonnaies : il existe des portefeuilles disponibles en ligne sur des exchanges (Coinbase et Kraken) ou des portefeuilles privés disponibles gratuitement sur Internet pour un stockage par ses propres moyens, sur ordinateur ou smartphone, sans intermédiaire.

Whale

« Baleine » en français, surnom donné aux personnes possédant beaucoup de bitcoins (ou d’altcoins) qui peuvent ainsi, par le simple fait d’acheter ou de vendre, faire varier le cours d’une cryptomonnaie de manière significative.

White paper

« Livre blanc » en français, court guide pratique consacré à la présentation d’un projet ou d’une cryptomonnaie et de son intérêt.